Les salades d’été passent à l’automne !

Le 26 septembre 2016


Voici l’été indien qui tire à sa fin, le soleil du matin qui paresse tandis que l’heure de l’apéritif se cale sur celle de la tombée du jour. Le vin rosé de l’apéro du soir va céder la place à d’autres breuvages moins estivaux ; on aimerait aller aux champignons, sauf que le manque de pluie donne une probabilité forte de faire chou blanc. Et ça n’a pas tout à fait le même goût… Alors commençons par changer la teneur de nos salades : celle, automnale, que je vous propose ici se compose de fromages de chèvre, plutôt crémeux ; j’ai choisi unsalade-chevre-automnale Catal, produit dans le Lot, un Picodon ardéchois, et un Pélardon des Cévennes. Un soupçon d’huile d’olive parfumée à la truffe accentuera la saveur automnale, tout comme les noisettes écrasées (les noix aussi font l’affaire) et les figues (ou le raisin) qui remplacent les tomates estivales. J’avais ajouté une larme de gelée au piment d’Espelette, du poivre concassé, et une petite salade verte assaisonnée de vinaigre balsamique, et un beau morceau de pain légèrement grillé. Les saveurs de chacun des ingrédients se mettent en valeur les unes les autres, et c’est un plaisir de comparer les textures et les goûts des différents fromages de chèvre.
Ma préférence va au Picodon…

Et puis cette salade est un prétexte pour sortir une bouteille de vin. Pas forcément une grande bouteille ; un vin simple, un blanc sec qui pourrait être un Lirac ; ou pourquoi pas un rouge des Côtes du Rhône, tel un Cairanne ?

Publicités

Taboulé rime avec fraîcheur

Le 19 juillet 2016


Ça y est, c’est l’été ! C’est même la canicule sur les bords de la Maine – et de la Loire -, ces derniers jours, et c’est donc le moment de parler taboulé. Et de vous proposer une recette ; parce qu’en matière de taboulé on trouve un peu de tout : le taboulé libanais d’origine  – avec une dominante persil – n’est pas celui du Maroc ; la graine utilisée est parfois du boulgour, d’autres fois de la semoule. Tantôt on y met du poulet, tantôt des crevettes… ou ni l’un ni l’autre. Alors je vous livre ici une recette, la mienne !

Pour moi et sans hésitation, l’ingrédient de base est la semoule. Fine de préférence, il faut Taboulé MCMcompter environ 400 g. pour 6 personnes. J’y ajoute de l’huile d’olive, le jus d’un demi pamplemousse et celui d’un citron. Pour la quantité d’huile d’olive, c’est un peu selon… En fait je n’en mets pas trop au début, et je goûte après 1 heure de macération, pour éventuellement rectifier et en ajouter un peu. Mais avant de laisser reposer, j’ajoute les ingrédients : environ six tomates (sans pulpe) coupées en tout petit; un morceau de concombre et un ou deux poivrons coupés eux aussi en tout petit. Et les morceaux d’un pamplemousse (les suprêmes, c’est à dire sans les petites peaux… ni les pépins d’ailleurs !), de l’oignon frais blanc, du sel et du poivre.

Et puis des herbes, beaucoup d’herbes, car ce sont elles qui donneront cette perception de fraîcheur : de la menthe et du persil plat, hachés assez grossièrement. J’y ajoute des raisins secs préalablement réhydratés, car leur petit goût sucré apporte une jolie nuance à la salade.

Après avoir bien mélangé le tout et laissé au repos une heure, au frais, je goûte. Et je rectifie : ajout d’un peu d’eau, d’huile ou de jus de citron si la structure reste sèche. Et de nouveau au frais pour encore une heure. Ensuite c’est tout bon. En entrée, en plat ou accompagnement de grillades, le taboulé est un plaisir estival !

L’accord gourmand : Si c’est en salade, sans accompagnement de viande, ce sera un vin blanc de Suisse, la cuvée Belles Filles. Et si le taboulé accompagne des grillades, le Rosé Transat constitue le partenaire idéal !