Matin de Pâques…

Le 6 avril 2015


oeuf pâques

Que celui ou celle qui n’a pas éprouvé un plaisir indéniable à se lever avant tout le monde le matin de Pâques pour aller cacher les chocolats dans le jardin (ou l’appartement) avant le réveil des enfants me jette le premier œuf !

Sous le rosier, dans le buis ou le laurier, derrière la plante en pot ou enfouis dans les coussins du canapé, ils les trouveront tous, sous nos yeux attendris, et brandiront fièrement leurs trophées… avant d’en abandonner une grande partie dans un coin.

La faute à qui ? Pour accroître le plaisir et la durée de leur chasse, on achète bien souvent trop de « gibier ». Mais est-ce la seule raison ?

Les chocolatiers rivalisent chaque année de tant d’imagination pour créer tous ces animaux à croquer, qu’ils soient au chocolat noir, blanc, au lait ou praliné, ils vous tendent de si jolis bocaux pleins de friture maison – « Goûtez, je vous en prie ! » – comment résister ? Vous prenez un petit œuf, un poison, un coquillage, et, tout en faisant durer le plaisir en bouche, vous lâchez sans même vous en rendre compte : « J’en prendrai 200 grammes, s’il vous plaît… Et aussi ce lapin, là, il est tellement mignon ! »

Et sur le chemin du retour à la maison, vous vous dites que ces chocolats-là sont si bons qu’ils ne resteront pas abandonnés bien longtemps.

Seulement pour les enfants, les œufs de Pâques ? Vous voulez rire !

L’accord vin : Pas de vin pour les enfants !

Publicités