Les salades d’été passent à l’automne !

Le 26 septembre 2016


Voici l’été indien qui tire à sa fin, le soleil du matin qui paresse tandis que l’heure de l’apéritif se cale sur celle de la tombée du jour. Le vin rosé de l’apéro du soir va céder la place à d’autres breuvages moins estivaux ; on aimerait aller aux champignons, sauf que le manque de pluie donne une probabilité forte de faire chou blanc. Et ça n’a pas tout à fait le même goût… Alors commençons par changer la teneur de nos salades : celle, automnale, que je vous propose ici se compose de fromages de chèvre, plutôt crémeux ; j’ai choisi unsalade-chevre-automnale Catal, produit dans le Lot, un Picodon ardéchois, et un Pélardon des Cévennes. Un soupçon d’huile d’olive parfumée à la truffe accentuera la saveur automnale, tout comme les noisettes écrasées (les noix aussi font l’affaire) et les figues (ou le raisin) qui remplacent les tomates estivales. J’avais ajouté une larme de gelée au piment d’Espelette, du poivre concassé, et une petite salade verte assaisonnée de vinaigre balsamique, et un beau morceau de pain légèrement grillé. Les saveurs de chacun des ingrédients se mettent en valeur les unes les autres, et c’est un plaisir de comparer les textures et les goûts des différents fromages de chèvre.
Ma préférence va au Picodon…

Et puis cette salade est un prétexte pour sortir une bouteille de vin. Pas forcément une grande bouteille ; un vin simple, un blanc sec qui pourrait être un Lirac ; ou pourquoi pas un rouge des Côtes du Rhône, tel un Cairanne ?

Publicités

Hallo-Wine

Cucurbitacées

Cucurbitacées – Hortomnales

 

 

 

 

 

 

 
Le 25 octobre 2015


Petit rituel maison, la décoration des citrouilles pour Halloween : les bien connues Jack O’Lantern.
Ce matin, direction Saint-Rémy-La-Varennes. C’est où ? Facile: à la sortie d’Angers prenez la direction de Saumur et longez La Loire (c’est magnifique), traversez à Saint Mathurin… et vous y êtes ! Se déroulent aujourd’hui les Hortomnales durant lesquelles pas moins de 550 variétés de cucurbitacées sont présentées au public. Couleurs, formes, dimensions, goûts… je n’imaginais pas une telle diversité. D’un coté les courges décoratives avec un atelier pour les évider et leur donner une allure terrifiante, et au milieu du Prieuré, celles à la vente. Là encore, le choix et l’embarras. Des fiches détaillent leurs caractères et les usages possibles. Bien que les températures soient encore très douces, je visualise déjà un velouté agrémenté de croûtons au parmesan servi à l’intérieur de la citrouille. Hummmm !
J’en trouve une autre à la chair ferme et orangée qui me servira pour réaliser des frites. Celle-là est légèrement sucrée, elle ira dans mon dessert, un flan de courge vanillé. On dirait bien que je suis partie pour un menu complet autour de ce légume.
Chouette, il y a également un marché de légumes oubliés. Je me note de vous en parler une prochaine fois, pour le moment c’est popote.

Choix difficile pour le vin… au final, nous dégusterons un vin du beaujolais: un Fleurie.